Depuis environ un siècle et demi s’épanouissait Biarritz en accueillant alors des hôtes de marques venus des grandes capitales européennes, faisant de la cité un lieu privilégié de détente mondaine…Mais le propos de ces quelques lignes est ailleurs et antérieur à cette époque faste, car en remontant un peu plus loin dans le temps la côte des Basques actuelle était une étendue triste et dépeuplée et Biarritz un village pauvre où quelques familles vivaient chichement des produits de la pêche.

Un soir une belle jeune fille du nom de Miarritze fit un rêve dans lequel le Dieu Yahvé lui promit d’envoyer l’âme de Martin, son serviteur, sous la forme d’un oiseau coloré tenant en son bec un poisson aux écailles d’or; le symbole de la richesse et du bien être. Quelques jours plus tard, un beau Martin-pêcheur (Alcyon) fut aperçu et sur les encouragements de Miarritze, les pêcheurs construisirent des embarcations pour défier l’océan et ainsi chasser les baleines très nombreuses au large des côtes. Un jour Miarritze vînt en aide à une barque qui allait s’échouer et accueillit ces marins venus de Gascogne, des Biarrins. Elle épousera leur chef.

De leur deux noms naîtra le nom de la ville. D’un point de vue étymologique Biarritz proviendrait de Bearrids et Beiarrids, de « beder » ce qui signifierait « l’endroit d’où l’on voit » 

Extraits tirés de « Balades dans les Pyrénées »: ww.balades-pyrenees.com